J – 19 : longanimis animus

Dimanche après-midi, dans un décor en fond de scène ressemblant à un trompe-l’œil, donjons et mâchicoulis du Château de Vincennes, François Hollande sur la grande scène discourant sur l’espoir de la Franceà gauche ; j’ai trouvé ça ennuyeux et venteux ; il faisait même un peu froid, Aurélie Fillipetti et Najat Vallaud-Belkacem ayant plus de peine à chauffer la salle outdoor que le convecteur mon bureau l’hiver, la sténodactylo qui prenait en direct le discours, affiché en sous-titres pour les malentendants, se trompa quatre fois de suite, lorsque FH(M), citant l’héritage du premier François président dont il se revendiquait, elle écrivit Frédéric Mitterrand [à la place de]. La foule se gaussa plusieurs dizaines de seconde, oubliant même d’écouter le discours de l’autre.

A la fin, on ne chanta quela Marseillaise, et ni l’Internationale ni le Chiffon rouge, puis nous dispersâmes sous les notes  de la rengaine mécanique et débilitante de campagne, le Changement c’est maintenant _

Image de prévisualisation YouTube

Et je me remémorai le premier jour de mai 2007 où nous étions installés sur les pelouses de Charléty pour soutenir Ségolène, et Renaud et Thiéfaine avaient chanté, et il faisait grand beau…

Au bas des messages que je reçois d’un coopérateur d’Europe-écologie les Verts, cette citation.

« Charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur et maîtrise de soi… » (Epître aux Galates – chapitre 5 – verset 22).

Je fais les recherches qui s’imposent.

Longanimité, : du latin longanimis, patient, de longus (« long »), qui dure et animus (« esprit »)[1]

  1.  (Littéraire) Patience avec laquelle un être puissant et bon endure les fautes, les insultes qu’il pourrait punir.
    • Il fallut à M. de Morvelle toute la longanimité d’un candidat pour ne rien laisser voir de l’humeur que lui causait cette chicane. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Hélas! Messieurs, le Dieu de nos pères, qui devait armer d’un papier vengeur la main de l’électeur, s’est montré d’une longanimité, d’une indifférence sans pareille. — (Émile Combes; Discours du 4 septembre 1904 à Auxerre)

C’est bien, mais c’est dur.

 


Autres articles

Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier