J – 24 : Charlotte

Aujourd’hui, mon grand-père, dont on ignore pour qui il votera le 22 avril, fête ses 89 ans. Il est encore cependant un roseau vert (une sorte de Stéphane Hessel n’ayant pas atteint la postérité, et n’ayant jamais été diplomate en Israël, qui préférerait faire des mots croisés et manger du chocolat noir plutôt que d’écrire pour les indignés) – capable faire des plans d’architecte beaux comme des gravures de Rembrandt, de cuisiner des crêpes, de la sauce milanaise, et des pommes de terre poêlées qu’on appelle en Alsace bragelti. Il est un spécialiste de la pomme de terre, comme le sont peut être beaucoup d’Alsaciens qui ont connu la guerre, les privations, les évasions à bicyclette, Mulhouse au temps du trolley, et l’oie gavée tout l’automne à l’abri d’une cave au fond de laquelle on la rejoignait lorsque les sirènes annonçaient le survol et les bombardements imminents d’on se sait plus trop qui, zone grise, l’Alsace, en temps de guerre, pour perpétuer la tradition d’un déjeuner de Noël au fois gras. Aussi cette publicité pour le Comité catholique contre la faim et pour le développement, le laisserait sans doute circonspect.

J - 24 : Charlotte dans Mai 2012 ccfd-patate

 


Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier