J – 47 : Art martial

Ainsi, c’est vrai, comme un grand pan frileux, comme un moine tao pratiquant l’ataraxie et qu’aucune insulte ne parvient à faire vaciller, ou même seulement des paupières ciller, Hollande encaisse tout, sans broncher ; comme le petit mignon qui se fait racketter dans la cour de récré, et qui, plutôt que dans la délation, se réfugie derrière ses bonnes notes, François Hollande est un peu, en cette campagne légèrement rase, guimauve – Guy mauve, Guy Mollet, œuf mollet, etc. Et s’il ne tend pas l’autre joue (gauche) aux gifles ou aux crachats venus de la droite, on ne peut pas dire non plus qu’il inspire la terreur : on l’aimerait un peu plus perfecto santiags, mais non, on l’a servant de messe.

Le stoïcisme n’est jamais loin de l’apatheia.

C’est cependant, peut-être, je l’espère, une stratégie gagnante ; en esquivant les coups, les piques, en refusant le duel à l’épée, Hollande se spécialise dans l’art des contre-prises ; du type harai-hoshi, de ces prises au judo qui visent à surprendre l’adversaire en utilisant au mieux la propre énergie que celui-ci développe. Grand balayage extérieur.

Et tout le PS est un peu comme ça, à guetter les coups, pour mieux les éviter, plutôt qu’à les donner. Tatami sondagier oblige.

J - 47 : Art martial  dans Mai 2012 JUDO-300x273

Tout le monde, sauf Ségolène, qui a cet art exquis de rendre fou les gens de droite (et souvent de gauche aussi, autre problème). Cette fois-ci, c’était avec sa phrase :

« Si Nicolas Sarkozy veut remporter l’élection présidentielle, c’est parce qu’il a peur [de]perdre son immunité, et on connaît tous les problèmes de corruption qui ont émaillé ces cinq années ».

Elle cita ses sources, ses références : Kadhafi, Woerth-Bettencourt, Takedienne, les sous-marins pakistanais, etc.

Et comme sur les affiches promotionnelles de films, où l’on cite les extraits de critique les plus racoleurs, Télérama, Première, Match, cette fois-ci la baronnie UMP :

« Indignes, abjects et diffamatoires », Nadine Morano.

« Dérive outrancière », Eric Ciotti,

« J’ai trouvé que cette femme dépassait toutes les limites du genre », Gérard Longuet

« Violence inouïe,  scandaleux,  ignoble »,Henri Guaino

« Campagne de caniveau », Valérie Pécresse

Ce qui donne envie d’aller voir le film. Et, comme celle qui maîtrise les happy end, et le story-telling, que leur a répondu Ségo ?

« Si mes propos sont diffamatoires, que l’ump porte plainte au lieu de vociférer ».

Ségolène Royal (@RoyalSegolene) March 19, 2012

Pendant ce temps-là, j’écoute la belle chanson de Courchevel.

(Quand tu passais tes Noëls> Au chalet, à Courchevel> Bien trop loin de nos fenêtres> J’imaginais sans connaître

> Dans tes poumons de crevette> L’odeur de la piste verte> Et tes parents bedonnants> Dans les hôtels du néant)

Image de prévisualisation YouTube 

 

 


Autres articles

Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier