J – 54 : comme on ne sait pas ce que la vie nous donne

 Il y a quinze jours, j’ai reçu sur ma boîte Outlook professionnelle un message de Nicolas Sarkozy.

« Mes chers amis,

J’ai annoncé cette semaine ma candidature à l’élection présidentielle.

Pendant cette campagne qui commence, je veux aller à votre rencontre pour écouter, échanger et proposer.

Pendant cette campagne, je veux insuffler une énergie nouvelle àla France, cette France que nous aimons, pour laquelle je n’ai cessé d’agir, et que j’ai toujours cherché à protéger de la crise et de l’adversité. Le seul sujet de cette campagne, c’estla France. Qu’allonsnous faire pour elle en cette période faite de risques, de difficultés mais aussi d’opportunités et d’espoir ? 

Un ancien monde a du mal à mourir. Un nouveau monde a du mal à naître. Et dans cet entre-deux, nous devons faire un choix. Nous pouvons choisir d’attendre et de subir, ou nous pouvons agir et prendre en main notre destin en relevant les défis du présent, en poursuivant le train des réformes dont notre pays a besoin. C’est cette voie du courage que je vous propose aujourd’hui. Celle du travail, de l’effort et de la responsabilité. Celle d’une France forte.

Cette France, c’est avec vous que je veux la bâtir et la faire grandir.

Voilà pourquoi je veux parler avec les Français. Voilà pourquoi j’ai décidé d’être candidat. Vous pouvez compter sur ma détermination. 

 Avec toute ma fidélité, et mon amitié 

 Nicolas Sarkozy »

 J - 54 : comme on ne sait pas ce que la vie nous donne  dans Mai 2012 ns_sign

Je vois que le filtre antispam de l’institution pour laquelle je travaille a quelques défaillances.

(Quelques jours plus tard, le Canard enchaîné révélait que l’équipe de campagne de NS avait obtenu ce large échantillon d’adresses électroniques en toute légalité via les listings consulaires ; sur lesquels j’avais pris le soin de m’inscrire à mon arrivée à Djibouti au cas où, au cas où, par exemple, NS aurait appelé un référendum sur la peine de mort. Sur l’immigration. Sur Schengen. Ce genre de trucs dont il est capable. Au cas où la vallée du rift se serait ouverte d’un coup et que je serais tombé dedans).

Une remarque, cependant, sur l’amitié, que semble vouloir me donner (ou me prêter – est-ce un legs ? Une amitié subventionnée ?) NS à la toute fin de son message. Qu’en faire ? Des confettis. De la pâte à papier sur laquelle noter les paroles de cette chanson d’amitié authentique qui ne s’achète pas en voix, et ne se paie pas de mots.

Image de prévisualisation YouTube

Ce matin, j’appris pour l’inversion des courbes au réveil. Ça m’a foutu un lumbago.  

 


Autres articles

Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier