Un poème

…pour commencer la semaine. Ecrit il y a presque deux ans, je crois, mais que l’actualité récente ne dément pas. 

Je l’avais titré ; la cinquième internationale.  

Regardez nous filer dans des cieux toujours clairs/ A la vitesse du son et du seigle et du blé/ De nos spéculations denrées élémentaires/ Car le baril s’effondre tout comme l’immobilier/ Et nos options en stocks deviennent des chimères/ Le temps est aux actions/ Suicidaires

Mais nos comptes bancaires ne connaissent pas de fuite/ Nous connaissons nos droits et nos obligations/ Sont côtées à Wall Street nous surveillons les cours/ Nous ne voulons pas de mal  nous voulons faire le bien/ A la consommation Nous ne voulons pas le pouvoir/ Que le pouvoir d’acheter Les juges et la télé/ Lagardère

Nos amis sur les chaînes dans le poste de télé/ Et nos ennemis aux chaînes au poste à la santé/ Nous aimons la banlieue surtout pavillonnaire/ Nous aimons nos enfants et leurs écoles privées/ Nos paradis fiscaux sont d’ordre artificiel/ Il faut faire bouclier, l’imposition des mains, c’est bon pour les pédés/ Lagardère

On est de bons chrétiens mais seulement pour les nôtres/ Ceux qui peuvent fusionner ceux qui peuvent acquérir/ Ceux de notre lignée, nos filiales préférées/ Celles des filons d’or et de l’argent par les fenêtres/ Vous trouverez portes fermées on préfère vous prévenir/ CGT rmistes classes moyennes et martyre/ Suicidaires

Oh cours de pétrole qui s’envole/ Hérésie/ Oh taxation/ Pénitence/ ISF/ Satan !/ Satan !

Petit peuple gigolo vous usez votre temps/ Vous salissez vos mains Vous sentez la sueur/ Pour nous faire plus riche et plus à notre faveur/ Notre été à la Baule A Chamonix l’hiver/ Nous avons le chalet la villa la piscine/ Et nous avons le temps vous avez notre estime/ Lagardère

Nous avons les licences Nous avons la décence/ Les brevets de pharmacie De bonne moralité/ Nous avons l’honnêteté De cacher nos fortunes/ Nous avons la pudeur de nos pertes et profits/ Surtout de nos profits Quant à nos plans sociaux/ Nous comptons sur l’Etat Pour faire la providence/ Visionnaire

Et notre air supérieur de cadres supérieurs/ Fiche de paie éditée par le grand banditisme/ Nous sommes les justiciers du salaire de la peur/ Mais les bourses s’effondrent et v’là nos couilles qui gîtent/ Au-dessus de vos têtes comme l’épée de Damoclès/ Attention à la chute en golden parachute/ Suicidaire

Et pendant ce temps là à Djibouti…

 

 photo1.jpg

 photo22.jpg

 photo4.jpg 

photo3.jpg

Crédits photo ; le chat qui fume !

 


Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier