Le Fiat Ducato, la mésange et Michael Jackson

Le chat fumait en silence. En Irlande, comme le Général était allé marcher sur la lande avec Yvonne après avoir été débarqué du pouvoir, là où quand il fait chaud, la tourbe, ce substrat noir qui fait le sol des collines de l’Ouest et où se sont décomposées des années de végétation multiple, fume un peu sous l’effet de l’eau qui s’évapore. Le chat revient à la ville avec des poches remplies de souvenirs émus de ces trois semaines passés au monde des idées fixes, des délires et des paranoïas, de la tendresse enfantine, et de la joie toute simple qui ne s’exprime pas par des envolées lyriques, mais par un sourire perpétuel accroché sur les lèvres d’Hubert, presque incapable de communiquer autrement que par des onomatopées, des oui ou des non qu’il rallonge comme une blanche en musique, ooo-uuu-ii, finissant sur une note aiguë, ou des sortes de râles un peu sauvages de Denis, Robinson qui fabrique au sein de son centre de travail adapté des “tillots” et qui a beaucoup aimé la dégustation de “wiki”, sa manière à lui, sous sa barbe épaisse dans lequel il vient toujours enfouir une cigarette roulée, de dire qu’il fabrique des tuyaux et aime le whisky. Ils sont comme des personnages de conte, et certains pourraient incarner les ogres, d’autres les fous, et d’autres les petits lutins qui sortent la nuit, et à la fin du voyage, ils ont tous regagné leurs livres à eux, foyers occupationnels, centres fermés, ou famille sous curatelle, ramenant avec eux un nouveau chapitre, leur part de mystère insondable et quelques jolies babioles d’Irlande qu’on trouve dans toutes les boutiques d’attrape-touristes, des pin’s à l’effigie du trèfle irlandais, des mignonnettes de whisky, des répliques miniatures de la croix celtique, c’est en cela que les personnes handicapées incarnent un peu l’enfance de l’art, pas un seul d’entre eux n’a dénigré ces souvenirs à peu de frais de l’Irlande, ils sont un bon coeur de cible pour les petites Eiffel sous la neige… Pour rire en peu (sans se moquer).
F., la cinquantaine, assez cultivée, schizophrène, fumeuse frénétique qui passe ses journées le nez au sol pour trouver de vieux mégots mâchouillés ou des restes de cigarillos quand elle a dépassé son quota de 10 cigarettes par jour ; “parfois, j’ai l’impression de voler, d’être un peu comme un hirondelle, ou une mésange, je sais pas, c’est assez agréable”.
A. passionné par les utilitaires, qui nous demande si l’on préfère dans la catégorie des utilitaires le Citroën Jumper ou le Fiat Ducato. Comme notre réponse ne lui convient pas tout à fait, il insiste ; “dis que tu préfères le Fiat Ducato, s’il te plaît”. Alors on s’exécute pour calmer son angoisse. 

T. qui sous un verbe facile et une logorrhée inépuisable, masque mal de vrais talents de conteur et surtout d’histoires invraisemblables, ce qui doit être la caractérisation d’un comportement mythomane. Ainsi, parmi ses innombrables “collègues” qui l’accompagnent dans ses rêveries de promeneur pas solitaire pour un sou, plusieurs ont eu des vies incroyables. Il y a celui qui, danseur au début des années 80, s’est retrouvé par hasard à Los Angeles au moment où Michael Jackson enregistrait son clip Thriller et qui a été embauché à l’arrière plan du tournage. Il y a celui qui a gagné le marathon de Paris. Il y a son collègue, handicapé comme lui, qui est sorti avec toutes les beautés des plages marseillaises. Et racontées avec un incroyable aplomb, ces histoires ne manquent pas de piquants. C’est assez drôle quand T. accuse les autres vacanciers de complètement délirer.

 

mesangecharbonniereintro.jpg20ducato11.jpgthriller.jpg

 

Mais voilà, on a pêché avec eux à la mouche dans le Connemara sous une pluie battante, on a dansé au rythme des accordéons et des bodhrans, sur des musiques traditionnelles à l’occasion du SummerFest de Roundstone, on a fêté l’anniversaire de Fred qui a eu pour l’occasion un t-shirt celtique et un paquet de Marlboro, ses bougies plantées sur une plaquette de brownie Brossard au caramel, éteintes par le vent, on a couru après ceux qui s’enfuyaient sans raison, ceux qui se cachaient dans le bateau parce qu’ils avaient le mal de mer, ceux qui prenaient la tangente pour fumer en cachette, on a mangé des verrines de crabe passées au four au Linnane’s pub, un restaurant de fruits de mer dans une petit village de pêche dans le Burren, et il est arrivé que nos différences s’estompe, à la vaisselle, P. est aussi performant que n’importe qui, faut voir à quelle allure il enchaîne les vielles poêles carbonisées, on a passé des vacances ensemble, et après, c’est la même nostalgie qu’après une semaine de vacances en Corse avec des copains…

 


Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier