Le retour du chat

 

anonymouscasablanca7600164.jpg

On ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie. Ça ne tiendrait qu’à moi, le chat fumerait quotidiennement sur cette interface rouge et noire, mais il faut bien aussi gagner sa croûte en produisant des rapports, et il faut aussi penser à aller s’inscrire aux allocations chômage, ou visiter les jardins du château de Versailles, il faut aussi boire du merlot cuvée Roche-Mazet, 5 euros chez l’épicier, fruité, délicieux, le meilleur rapport qualité/prix qui soit, ou faire la tournée des concessionnaires Peugeot pour obtenir un devis raisonnable pour la réparation d’un scooter endommagé, passer au pressing, sortir sur des corners, chercher des boucles d’oreille, se coiffer avec du gel, se laisser pousser les ongles, autant d’activités qui ont eu tendance depuis quinze jours à me tenir éloigné de la vie du chat, et je m’en excuse auprès de lui.

Alors ce soir, je le rattrape par la queue…On est tous les deux dans une chambre d’hôtel 5 étoiles au sixième étage de la vue sur Casablanca, et lui ronronne sur la moquette épaisse, pendant que je lui cherche les puces.

Casablanca est une grande ville de 5 millions d’habitants, la cinquième plus grande métropole africaine, il fait beau et chaud comme un printemps marocain, et le soir, la moitié de la ville s’assoit en terrasse le dos au mur et le regard sur l’horizon, en commandant des thés à la menthe ou des cafés.

On peut fumer à l’intérieur des bistrots, le café est servi dans un verre en verre, et les cubes de sucre ne sont pas rectangles, et n’ont pas tous la même forme. On reconnaît un pays développé comme la France au fait que tous les morceaux de sucre ont le même calibrage, ainsi qu’au fait qu’on peut passer 24 heures en garde à vue, pour un SMS licencieux.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/05/04/garde-a-vue-pour-avoir-recu-un-sms-tendancieux_1188469_3224.html

A Casablanca, quand on est installé en terrasse, on peut voir passer des vieux arabes sur des mobylettes d’occasion qui ressemblent au vieil arabe du film de Kechiche, la graine et le mulet.

Cet après-midi, je suis allé faire un footing sur la corniche sous le soleil de quatorze heures.

J’ai longé la plage d’un bout à l’autre jusqu’à arriver à l’état liquide à un petit promontoire, tout au bout de la corniche, bâti à la chaux blanche, un petit Mont saint-michel mauresque, avec les arêtes se découpant sur l’Atlantique, c’était très beau et très étonnant, quelques marches à gravir, traverser une ruelle en pente avec quelques baraques dont l’intérieur n’était voilé que par un rideau de tissu se baladant dans le vent, de l’autre côté les rochers, et l’océan. Là des femmes faisaient rôtir des pigeons. Sur la carte de Casablanca que j’ai achetée, l’endroit s’appelle le tir au pigeon. Sur le chemin du retour, j’ai arrêté mon footing devant un vendeur ambulant qui servait du café aromatisé aux clous de girofle. L’eau était froide, mais la plage bruissait d’une animation incroyable, des terrains de football improvisés sur une bande sableuse de deux kilomètres, des femmes voilées qui jouaient au beach-ball, des frisbees qui volaient dans les airs.

Il y avait comme un parfum de vacances dans l’air de cet après-midi de mai sur les plages de Casablanca, comme Lacanau en août, et hier, à Paris, j’étais verbalisé par les contrôleurs de métro, la vie va vite, la vie a des bons côtés, faut jamais désespérer.

« Il y a l’air il y a le vent/ les montagnes l’eau le ciel la terre/ les enfants les animaux/ les plantes et le charbon de terre/ apprends à vendre à acheter à revendre/donne prends donne prends/quand tu aimes il faut savoir/ chanter courir manger boire/ siffler/ et apprendre à travailler ». Blaise Cendrars

 

 

 


Un commentaire

  1. Tinou dit :

    22h08, Abidal venait de prendre un rouge, Essien avait fait une Zidane, Chelsea avait un pied et 3 orteils en finale de Champions league. Je regardai le match chez moi avec quelques amis et quelques canettes et je me demandais où le chat pouvait bien suivre cette rencontre, certain qu’il ne raterait pas l’évènement… Avait-il quand même une griffe sur le poste au moment de l’éclair d’Iniesta et pour pouvoir ressentir ce petit bonheur éphèmère et futile de savoir que les Blaugrana iront défier le grand ManU??

Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier