Ball-trap

Dans mon dernier post, je faisais allusion aux figures romantiques de Ferré, Prévert, et Tintin, pour éclairer la route. Oui mais… 

Mais la vie n’est pas un chemin jonché de roses, et on n’y trouve pas que des anarchistes inspirés, des poètes libertaires et des reporters sans frontières pré-pubères. 

Et comme je ne voudrais pas avoir le sentiment de donner une image anamorphosée de notre époque globalement pleine de vulgarité et de perversité, j’ai décidé de consacrer ce billet à trois salauds…

fillon.jpgbesson2.jpgBall-trap dans Les griffes à l'air 1201698538981aznar-detalledn

J’ai cherché volontairement des photos où transparaissaient leur côté canin, opportuniste et un peu con, et j’avoue que ça n’a pas été très compliqué, car il y a déjà un sacré potentiel au départ. Ils ont l’air en tout cas très content (d’eux-mêmes ?). Pourquoi ces trois ? Parce qu’au hasard de la lecture de la presse, activité qui est devenue extrêmement difficile pour les nerfs, et les cardiaques de gauche feraient bien de s’abstenir, on peut remplacer ça par une cruche de café fort, j’ai relevé ces derniers jours trois citations des intéressés (pas très intéressants, sinon pour l’étude de cas sociologique qu’ils offrent…) qui valent la peine d’être relevées (à mon sens, que j’ai développé, comme tous les chats). 

Donc Fillon. 

« J’appelle l’opposition à la mesure. Nous n’allons pas rejouer indéfiniment la sempiternelle pièce du coup d’Etat permanent. Je trouve inacceptable que les débats parlementaires tournent à l’affrontement, au blocage, à l’injure et notamment à l’endroit du président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer ». 

Besson, à propos de son intégration au sein de la direction de l’UMP et de l’accueil soi-disant chaleureux qui lui a été réservé : 

«  J’ai essayé une seconde d’imaginer la situation inverse : Ségolène Royal élue, et mon équivalent de droite traité comme je le suis. Je vois d’avance comment cela se serait passé ». 

Et Aznar, pour finir en beauté : 

«  Pour sortir de la crise économique, il faut plus de flexibilité et de liberté dans l’économie, moins de taxe, moins de dépenses, plus de stabilité budgétaire, moins d’intervention de l’Etat (un propos que le Figaro résume par « Pour sortir de la crise, il faut plus de libéralisme »). 

Alors oui, ces phrases sont sorties de leur contexte, et on peut tout leur faire dire, et c’est un procédé vil. N’empêche que j’ai bien regardé le contexte et que je n’ai rien trouvé d’exonérant, la vérité, c’est juste que plus personne a peur de dire des conneries incroyables, c’est devenu une grande mode.   

Ce n’est bien entendu qu’un tout petit florilège loin d’être exhaustif, et je n’ai même pas parlé du traitement du conflit israélo-palestinien. Encore ce matin, le président de l’association France-Israël (2-3) fait un papier sur l’inquiétante dérive antisémite de l’extrême gauche. Il cite notamment pour appuyer son propos « la tendre rencontre entre le chérubin de l’anticapitalisme et un certain Jean-Marc Rouillan ». Besancenot appréciera la périphrase. 

Voilà, après ce genre de lecture que je m’impose pourtant, j’ai juste envie d’avaler un vermifuge, mais après ça me fait déglutir et j’ai des nausées toute la journée.  Heureusement, il y a ce type génial qui écrit les manchettes sur Yahoo ! Actualité et qui, plein d’humour, offre assez souvent de quoi rigoler un peu. C’est surtout une question de reformulation. Ce matin : 

« Le quotidien L’Équipe publiait hier une photo « privée » de Laure Manaudou. Seul problème, ce n’était pas elle ». 

Ça m’a fait rire.

Au fait, le SAV. La SNCF s’apprête à annoncer une nouvelle hausse de son chiffre d’affaires en 2008 de 7,7%. 

 


Autres articles

Un commentaire

  1. Vig dit :

    Ahah, lapsus. lapsus??

    (http://www.liberation.fr/politiques/0101314791-l-invasion-venue-d-afrique-le-vilain-lapsus-d-eric-besson)

    L’ « invasion » venue d’Afrique : le vilain lapsus d’Eric Besson

    Au micro de RTL, le nouveau ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale mélange « immigration » et « invasion » avant de se reprendre.

    C’est un bien vilain lapsus, qui fera rire les nombreux détracteurs d’Eric Besson, ex-socialiste, désormais nouvelle star de l’UMP et frais ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale. Invité du grand jury RTL, hier, Besson affirme : « la France a été et est toujours une terre d’immigration. C’est vrai des temps anciens, tout le monde le sait, des grandes invasions. C’est vrai du XIXème et du XXème siècle, avec les Italiens, les Polonais, d’autres qui se sont intégrés. Ensuite, il y a eu à la fois une invasion… euh, une immigration de provenance d’Afrique et du Maghreb », lance malencontreusement Besson, non sans se reprendre : « non pas une invasion, qu’il n’y ait pas de lapsus sur le sujet ». Trop tard.

    (je te lis avec plaisir, une bise en passant)

Répondre

Cadence infernale. |
poésie c'est de l'art ,prov... |
athkanna philosophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aaronjosu
| lectures, actualités et photos
| Auberge-Atelier